• Résultat de recherche d'images pour "office film coréen"

     

    Je vous souhaite à tous de passer une très bonne année 2018 ! J'espère qu'elle sera remplie de bonheur, et que vous aurez tous, ainsi que vos proches, la santé, car c'est important. Personnellement, cette année sera synonyme de changements pour moi : en septembre, j'entrerais notamment au lycée ! Je n'y pense pas pour le moment, mais je vais devoir me ré-adapter à un nouvel établissement, et ce n'est jamais simple au début. Mais je pense, enfin tout du moins j'espère, que tout va bien se passer ! J'espère faire de bonnes rencontres. :) ♥

    Je vous écris cet article pour vous parler d'un film sud-coréen que je viens de regarder sur Netflix. Il s'agit de "Office". C'est un thriller plutôt policier. C'est le premier film coréen que je regarde. C'est peut-être fou, vu que je m'intéresse à la Corée du Sud, mais je n'en avais jamais vu auparavant. Alors, pour réparer ma terrible erreur, j'ai décidé de me lancer dans le visionnage de ce film qui m'a paru intéressant.

    J'en ai parlé rapidement sur le blog, mais je le refais encore une fois ! Netflix est un service désormais assez connu en France. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, malgré son succès apparent ces temps-ci, il s'agit d'un service qui permet de regarder beaucoup de films, de séries, de documentaires. Attention, il ne s'agit pas tout à fait du streaming qu'on a parfois l'habitude de pratiquer et qui est illégal ( mais qui n'a jamais fait quelque chose censé être illégal ? ) car Netflix c'est un service payant. Il y a trois types de forfaits, à partir de 8 euros / mois. Je possède le forfait à 15 euros / mois, le plus confortable en terme de qualité car il offre des avantages par rapport aux deux autres forfaits un peu moins chers ( par exemple, je peux bénéficier de l'ultra HD et avoir jusqu'à 4 écrans disponibles en simultané ). Je vous conseille de souscrire au service, si ce n'est pas déjà fait ! Il y a beaucoup de choix, et du cinéma asiatique notamment !

     

    Image associée

     

    Bref, j'en viens donc au film. Quoi de mieux pour démarrer que le traditionnel résumé ? Cela pose les bases.

    "Kim Byeong Guk est un employé d'une grande entreprise. Un soir, en rentrant chez lui, il décide de tuer toute sa famille puis disparaît.
    L'inspecteur Jong Hun est chargé de l'affaire et se rend aux bureaux de Kim Byeong Guk afin d'interroger ses collègues. Une employée en particulier retient son attention, la jeune stagiaire Mi Rye. En investiguant, l'inspecteur se rend compte que les caméras de surveillance montre Kim Byeong Guk entrer dans le bâtiment de l'entreprise juste après le drame mais jamais en ressortir..."

    Mon avis, il est positif. J'ai trouvé que ce film avait été très bien réalisé. J'ai comme été conquise. Il garde bien les caractéristiques du cinéma asiatique. Cela a duré presque 2 heures, et ces 2 heures, je les ai savourées !

    L'intrigue est pas mal, on se retrouve plongé dans l'affaire sans difficultés. On découvre les différents employés dans l'entreprise et les relations qu'ils entretiennent chacun entre eux.

    C'est franchement pas ennuyeux. Ce que je veux dire, c'est que je l'ai regardé facilement, comparé à d'autres films où j'ai parfois dû forcer un peu car trop de longueurs. L'histoire n'a pas franchement de gros rebondissements, je dois dire que c'est dans les 30 dernières minutes du film qu'on atteint le réel point culminant. Mais l'ensemble reste néanmoins harmonieux : on y découvre le monde du travail et parfois l'envers du décor, la pression que subissent certains employés. J'y ai voué beaucoup d'intérêt.

    Globalement, de bons acteurs, qui font ressentir les émotions avec beaucoup de talent.

     

     

    Je ne recommande pas particulièrement ce film aux personnes sensibles ( je préfère toujours prévenir haha ) car certains passages sont un peu violents ( mais que serait un bon thriller sans une petite dose de violence ? ). Mais personnellement, j'ai réellement apprécié ces passages, orchestrés de la bonne manière, et qui ont rajouté une vraie force au film. C'est vers la fin que les choses basculent véritablement, et qu'on part sur un enchaînement d'agressivité, ce qui donne un rythme plutôt palpitant. J'ai retrouvé des points communs avec le film japonais "Shinku" dont je vous avais déjà parlé, même si à mon sens, "Office" est davantage violent et plus percutant. J'ai aimé cette honnêteté, le fait d'y aller franchement avec la caméra. Ce n'est pas décevant, car je pense qu'on a trouvé un juste équilibre : on est pas tombé dans l'excès mais on a su mettre la dose lorsqu'il y en avait besoin.

    Mon seul regret est l'absence de musique. Cela manque un peu de consistance à certains moments, j'aurais aimé qu'on rajoute une bonne bande son. Le film se contente d'avoir comme fond le silence. Mais ça n'empêche pas "Office" d'être un bon film.

    En conclusion, c'est un film que je vous recommande, à regarder le soir pour vous mettre plus dans l'ambiance. Attention, ce n'est clairement pas horrifique, mais je pense que c'est un ensemble qui reste légèrement brutal parfois, alors c'est davantage appréciable un soir, lorsque vous avez une soirée de libre, où vous être tranquille. "Office" mérite le détour et mérite que vous vous y attardiez ! C'est une expérience dont je suis ressortie souriante, car cela m'a beaucoup plu. Le film a suivi une certaine réalisation, qu'au fond de moi, je souhaitais. J'ai été satisfaite car ça a comblé mes attentes et je ne m'attendais pas à tant de qualité pour un premier film coréen. Certaines scènes ont été impeccablement filmées !

    Je vous apporte la bande-annonce, le trailer, qui donne une vue d'ensemble :

     

     

    Un film qui m'a très agréablement surprise !


    votre commentaire
  • Image associée

     

    Il s'agit d'un drama japonais que j'ai vu il y a un bout de temps ! Mais je crois que je m'en rappelle suffisamment pour vous en parler. A l'époque, il m'avait réellement plu. Il est sorti en 2013 et est composé de 12 épisodes de 29 minutes. C'est très orienté thriller.

    Le résumé : "Konno Mizuki part en voyage scolaire avec sa classe de lycée. Mais le chauffeur du bus s'endort au volant et le véhicule plonge au bas d'une falaise.

    En comptant Mizuki, il n'y a que cinq survivants. Haru, une amie de Mizuki, Chikage, timide et effacé, Chieko, la tête sur les épaules et un fort sens de la justice et Arisa, victime d'ijime ( harcèlement ) de la part du reste de la classe. Les cinq filles se retrouvent perdues au cœur d'une forêt sans moyen de communication et avec des ressources très limitées. Dans ce milieu hostile, la loi du plus fort s'impose et certains rôles en viennent à s'inverser, Arisa s'affirmant comme le leader tyrannique du groupe.

    Mizuki, elle-même cible d'ijime au collège, sait à quel point les rapports humains au sein d'un tel groupe peuvent être cruels. Mais les cinq lycéennes n'ont d'autres choix que de laisser parler leur instinct de survie si elles veulent parvenir à s'en sortir.

    Par ailleurs, des circonstances particulières font que, du côté de l'école comme du côté de la compagnie de transport, la disparition du bus et des ses passagers passe tout d'abord inaperçue, retardant encore les secours et rendant plus difficile encore la situation de Mizuki et ses camarades d'infortune."

    Image associée

     

    Tout va donc démarrer avec cet accident. Certaines scènes sont troublantes et la vraie personnalité de certains va se révéler dans la forêt. J'ai trouvé ça intéressant de voir "les masques qui tombent". Ils sont dans une situation délicate où ils doivent tout faire pour essayer de survivre par eux-mêmes, et autant vous dire que cette situation va parfois changer radicalement le comportement de certains élèves. J'ai beaucoup aimé cette facette du drama. On peut dire que c'est plutôt psychologique.

    C'est un peu violent, mais pas trop. Je veux dire par là qu'il y a présence de sang mais rien de traumatisant. Je suppose que nous gérons tous les choses différemment selon notre sensibilité mais pour moi c'est vraiment soft. C'est simplement un contexte un peu sombre et sordide. Une bonne partie de la classe de lycée est supprimée suite à l'accident, ce qui n'est forcément pas très joyeux. Mais au delà de l'horreur de cet accident, je pense sincèrement que cela a été un excellent point de départ pour développer par la suite l'histoire. Cela donne matière à réaliser de bonnes choses, et je pense que "Limit" a correctement exploité le potentiel de cette situation. Ce qui a rendu l'ensemble extrêmement plaisant et captivant.

    Résultat de recherche d'images pour "limit drama"

     

     Je dois dire que le générique m'avait un peu marqué. La chanson était restée imprimée dans mon esprit, car j'avais trouvé celle-ci très bien adapté pour le drama. Je vous met ici le clip de la chanson qui a été utilisée. D'ailleurs, en passant, je tiens à préciser que d'une manière générale, je trouve ce groupe d'idoles vraiment sympathique !

     

     

     

    Et pour vous donner une idée globale de ce qu'est la chose... quelqu'un a réalisé une sorte de petit trailer. Je pense que cela permet de voir l'atmosphère et l'ambiance de l’œuvre à la perfection.

     

     

     

    Au final, je pense que "Limit" ne plaira pas à tous, car je le rappelle, c'est encore une fois du thriller et il faut savoir apprécier cet univers. Mais je pense que nous sommes tous d'accord pour dire que ce genre de réalisation a tout à fait sa place dans le monde des dramas : il en faut pour tout le monde et pour tous les goûts, s'il n'existait que des séries "niaises" et où tout se passerait toujours bien, ce serait dommage à mon sens !

    "Limit", c'est une histoire d'adolescents qui luttent pour se maintenir en vie sur fond de trahisons, vengeances, et rancunes ! Un très bon drama passionnant et qui ne laisse pas indifférent.

    - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

    Et sinon, je vous souhaite à tous de passer de bonnes fêtes de fin d'année ! J'espère que vous serez entouré de votre famille et/ou de vos amis, et que vous passerez de jolis petits moments. ♥


    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "kim jonghyun"

     

    C'est le cœur lourd que je vous écris, ce soir. J'ai appris ce midi que Kim Jonghyun est décédé.

    Kim Jonghyun était un membre du groupe coréen SHINee, boysband populaire en Corée du Sud. Mon membre préféré dans le groupe, et même le mec que je préférais dans toute l'industrie de la kpop. C'était quelqu'un que je respectais, que j'appréciais beaucoup. Mes sentiments sont terriblement confus.

    Au départ, quand j'ai vu ça, j'étais dans le déni. Je n'arrivais pas y croire : pour moi, il n'était juste pas possible qu'une pareille chose soit arrivée à Jonghyun. Mais j'ai bien dû me rendre à l'évidence, c'était réel. La police et la SM Entertainment ont confirmés le décès. Il n'y avait plus de place pour le doute.

    Je vous avouerais avoir pleuré. Je possède un CD de lui, l'album "She is", car il ne faut pas oublier de préciser que le jeune homme avait aussi eu une carrière en solo. Cela fait vraiment bizarre de regarder son album, son photobook, et de se dire que c'est fini.

    C'était un jeune homme qui avait l'air profondément gentil. Sa personnalité m'a toujours semblé géniale. Sensible et adorant la musique, il y a quelque chose que j'admirais chez lui. Et je me retrouvais un peu dans ce qu'il était. Il me faisait beaucoup sourire et j'appréciais réellement son style.

    Il s'est suicidé. J'étais au courant qu'il avait quelques problèmes de dépression, mais je n'aurais jamais pensé que ça irait aussi loin. Jonghyun n'avait que 27 ans. Cela me touche énormément parce que c'était lui que je tenais en plus haute estime chez les coréens. Des comme lui, il n'y en aura pas d'autre. Il est irremplaçable. Je suis tellement triste de voir qu'il n'a pas réussi à surmonter son mal-être. Parce que clairement, il faut se le dire, si aujourd'hui il en est venu à arrêter sa vie, c'est que pleins de choses n'allaient plus du tout depuis longtemps.

    Je me demande si l'agence SM Entertainement a un rôle à jouer dans tout ça. Le monde de la kpop n'est pas facile, mais je pense tout de même qu'il faut prendre soin des idoles dont on s'occupe. Je trouve ça dingue qu'aujourd'hui, on en arrive à trouver de jeunes artistes inconscients dans leur chambre. S'est-on vraiment bien occupé de lui ? Il y a eu des erreurs qui ont été commises, à mon sens. Cela ne serait franchement pas étonnant ! La SM Entertainment est une agence coréenne qui produit d'excellentes choses, niveau qualité ce n'est pas discutable. Néanmoins, quand on sait que par exemple, Amber des f(x) s'était déjà plaint dans le passé de l'agence pour mauvais traitements, on ne peut que se poser des questions à propos de la qualité de la gestion ! S'il y a quelque chose qui ne va pas dans le management des artistes il va falloir le régler car ils viennent quand même de perdre quelqu'un là, et je ne veux plus jamais que cela se reproduise. Je veux bien que cela soit un business mais si on néglige les artistes et qu'on oublie qu'avant d'être idoles, ce sont des êtres humains, cela ne sert à rien.

    Je vous avouerais que je voyais bien qu'il était très sensible, et cela me plaisait car c'est rare. Mais d'un autre côté, je ressentais comme une certaine fragilité à certains moments chez lui. Je suis dégoûtée que cette fragilité ait pris le dessus.

    Je suis réellement bouleversée. Ses chansons n'auront plus la même saveur désormais. Je pense que je continuerais à écouter ce qu'il a fait, parce que ça serait injuste de bouder son travail parce qu'il est parti. Mais je ne verrais assurément plus les choses de la même façon et sous le même angle.

    Il faut se dire qu'il aura laissé de jolies choses derrière lui, et je le remercie pour ce qu'il m'a apporté.

    Je suis simplement démunie face à la situation. Je trouve ça tellement irréaliste. Ce n'est pas quelque chose auquel j'aurais pu m'attendre, parce que la mort c'était quand même une étape plutôt extrême. Aujourd'hui, Kim Jonghyun a franchi cette étape, même si on ne veut pas y croire. La vie c'est putain de fragile, en fait.

    Repose en paix mon petit Jong, et j'espère que tu se sentira mieux là où tu es, désormais. ♥

    Désolé pour cet article, je vous accorde qu'il n'est pas gai, mais je devais m'exprimer. Cet homme faisait partie des personnes que je préférais en Corée du Sud et ça percute de savoir qu'il a mit fin à ses jours.


    3 commentaires
  • Honne et tatemae au Japon

     

    Je suis de retour ici pour vous parler d'un sujet qui m'intéresse assez ( ce qui en soi est en fait plutôt logique, je ne vois pas pourquoi je perdrais mon temps à parler de quelque chose auquel je ne voue aucun intérêt ^^ ). On va faire un peu de psychologie japonaise, et je vais vous présenter le Honne et le Tatemae. Certains d'entre vous ont peut-être déjà entendu parler de ces deux éléments, mais si ce n'est pas le cas, je vous invite à lire ce qui va suivre, car il s'agit d'un principe fondamental dans la culture japonaise. En bref, connaître le Honne et le Tatemae va vous permettre de comprendre davantage les Japonais et leur manière de penser. Car il faut bien le dire, ils ne fonctionnent pas forcément de la même manière que les Français. Il est primordial de connaître le principe du Honne et du Tatemae.

    Tout d'abord, la base : savoir ce que ces deux termes signifient.

    Honne ( 本音 ) : ce que pense profondément un individu, il s'agit de ses opinions personnelles.

    Tatemae ( 建前 ) : l'obligation sociale sous laquelle on va adapter notre pensée à la société.

    On peut donc résumer en disant que le Honne c'est ce qu'on ressent et pense réellement, et le Tatemae c'est ce qu'on laisse penser à travers notre comportement en public. C'est un peu comme une façade, un masque.

     

    Image associée

     

    Je vais vous donner un exemple assez clair, en me référant à moi-même : dans la vie de tous les jours, sans le savoir, je pratiquais le Honne et le Tatemae. J'adoptais une attitude envers les autres en public qui ne ressemblait pas toujours à la personne que j'étais vraiment, et n'osait pas toujours dire ce que je pensais de chacun. Et clairement, c'est toujours un peu le cas aujourd'hui. Il y a des gens sur lesquels je ne pense pas que du bien mais je reste gentille et parle avec eux. Cela peut être perçu comme de la malhonnêteté par beaucoup de personnes, une attitude "faux-cul" comme on dit. Au Japon, il est bon et extrêmement courant d'agir de la sorte. Je n'ai donc personnellement aucune difficulté à comprendre ce concept, qui peut être pas très évident à saisir pour ceux qui pensent qu'il faut être franc H24, et qui possèdent un modèle de pensée purement occidental, je le conçois. 

    La trop grande franchise, c'est mal vu par un Japonais. Vous serez mal vu si vous exposez vos opinions personnelles de A à Z. Au Japon, le groupe, l'ensemble, ça prime sur l'individu. Il ne faut pas adopter un comportement individualiste. Il faudra donc tout faire pour vous intégrer du mieux que possible, pour ne pas qu'on vous mette de côté. Les Japonais détestent entrer en conflit avec les autres ( tiens, moi non plus je n'aime pas ça ! *j'ai dû être japonaise dans une autre vie, je vous jure* ). Ils éviteront le plus possible les sujets sensibles et privilégieront la paix sociale. Pas question de froisser, de gêner ou de déstabiliser son interlocuteur, donc on évite de dire ce qu'on pense si cela est mauvais. Ils auront souvent bien du mal à vous répondre par un simple "non", "non" étant une affirmation négative jugée trop violente. On vous fera comprendre ce "non" d'une manière détournée.

    Le Tatemae, pouvant être pris comme de la pure hypocrisie par les occidentaux, est en fait de la politesse. Si on utilisait le Honne, c'est-à-dire partager ce qu'on pense vraiment sur telle ou telle chose, telle ou telle personne, il y a un risque que cela mène à d'éventuels conflits, d'éventuels désaccords, et ça, on en veut pas. Le Tatemae, ça évite de heurter celui qui ne serait pas d'accord.

    Résultat de recherche d'images pour " honne tatemae"


     

     

    Cette manière de fonctionner fait que les relations entre les gens ne sont pas toujours complètement honnêtes et sincères, et qu'il y a  souvent beaucoup de non-dits.

    Difficile de savoir ce que pense vraiment un Japonais, pour cela il faudra plonger dans sa tête. Car même s'il semble toujours conciliant et souriant, gardez à l'esprit que ça ne l'empêche pas d'avoir un avis négatif, et qu'il ne vous dira et ne vous montrera pas certaines choses car elles seraient trop méchantes. Ce mode de pensée revient à jouer un rôle en permanence quand on est entouré des autres, mais puisque c'est ancré dans leur culture, les Japonais y arrivent très bien. 

    En conclusion, on peut dire qu'au Japon, ce qu'on montre peut parfois être bien différent de ce qu'on pense en fait au plus profond de soi. Une manière de respecter l'individu qu'on a en face de nous. Parce que oui, le principe du respect chez les nippons c'est quand même très important, et on refuse d'embarrasser autrui même si on ne l'apprécie pas particulièrement.


    2 commentaires
  • Résultat de recherche d'images pour "perfect blue"

     

    Je viens de rentrer chez moi, après avoir fêté l'anniversaire d'une de mes amies. Je suis allée dormir chez elle hier soir, avec 2 autres camarades de classe qui ont l'habitude d'être à mes côtés tout le long de la semaine au collège, et avec qui je suis proche. C'était donc une petite fête en comité restreint, mais c'était très sympathique ! Je me demandais comment ça allait se passer, et finalement, ça m'a vraiment plu ! ^-^

    Bref, comme je suis revenue dans ma maison, je me pose actuellement pour écrire cet article. Il va traiter de Perfect Blue, film d'animation plutôt intéressant. Il s'agit d'un thriller ( eh oui, encore ! ). Certains pourraient rester sceptiques justement parce que c'est un film d'animation. Est-ce qu'un film d'animation peut vraiment être réussi en tant que thriller ? La réponse c'est oui, en tout cas pour moi. Il suffit de regarder Death Note pour comprendre que l'animation a déjà accompli des choses incroyables dans ce domaine. Perfect Blue est un film qui vaut le coup d'être vu. Mais attention, il n'est pas simple à comprendre, vous êtes prévenus !

    Résumé : "C'est sans regret que la chanteuse pop Mima quitte son groupe déjà très populaire, les Cham, pour se lancer dans une carrière d'actrice. Pour ses débuts, elle accepte un petit rôle dans une série télévisée. Mais ce brusque changement de carrière ne plaît pas à tout ses fans et l'un d'entre eux fera savoir sa rancœur à Mima en dévoilant d'abord sa vie privée sur un site internet. Par la suite, plusieurs incidents très graves émaillent la vie de Mima. La jeune femme se rend compte que son existence se confond de façon malsaine avec la série qu'elle tourne, la plongeant dans un état de schizophrénie avancée."Résultat de recherche d'images pour "perfect blue"

     

    Comme vous pouvez vous en apercevoir grâce au résumé, cette œuvre mélange deux thèmes que j'affectionne particulièrement : les idoles ( parce que c'est la vie ♥ ) et le genre thriller. C'est pas que je suis passionnée de schizophrénie ( je pense sincèrement que cela ne puisse pas être une passion, étant donné qu'il s'agit d'une maladie... ) mais je m'intéresse à tout ce qui est troubles mentaux. Pour tout vous avouer, si j'avais eu du talent en maths, je serais devenue psychiatre ( ou j'aurais fait partie de la police scientifique, parce que la criminologie est un domaine pour lequel je voue vraiment de l'intérêt ). Le résumé m'a alors donné envie de voir le film, étant donné qu'il semblait combiner différents sujets faits pour moi.

    Perfect Blue n'est là encore pas un film tous publics, clairement. Je tiens à préciser qu'il est interdit ( ou tout du moins, déconseillé ) aux moins de 12 ans. Cela parle d'une idole qui va faire une "descente aux enfers". C'est un concept mature, donc. Il faut apprécier ce qui est un peu dark, encore une fois. Des scènes que je déconseille aux âmes sensibles, parce qu'elles sont un peu violentes et seront dures à regarder pour certains.

    J'ai vraiment été comblée parce qu'il y a quelque chose de terriblement réaliste dans Perfect Blue. Le monde des idoles est loin d'être facile. Le film nous propose de nous montrer quelques côtés sombres du métier, ce qu'on ne voit et ce qu'on ne réalise pas toujours. On peut prendre une claque en le regardant.

    Résultat de recherche d'images pour "perfect blue main"

     

    Quelques scènes sont littéralement parfaites ! Ma préférée peut sembler toute simple, mais quand je l'ai vu, j'ai de suite saisi la signification de celle-ci. C'est quand on a un plan avec Mima, l'idole pop, qui est entrain de chanter sur scène, et qui semble être dans la main de Me-Mania, un de ses fans, particulièrement extrême d'ailleurs. Les fans ont parfois une emprise sur les idoles qui peut sembler inquiétante, et cette scène m'a complètement tapé dans l’œil étant donné qu'elle reflète à la perfection une réalité effrayante.

    Résultat de recherche d'images pour "perfect blue"

     

    Le personnage de Me-Mania est parfois très flippant sur les bords. C'est un fan du groupe Cham, mais surtout de Mima. Il voue pour elle une sorte d'admiration qui est réellement sans bornes, le genre d'otaku qui ne sait plus quelles sont les limites. Je vous rassure, je suis une otaku, mais je n'en suis pas encore arrivée là ! x) Me-Mania est un personnage assez moche, esthétiquement déplaisant. A mon sens, cela est très volontaire. Et au niveau psychologique, il a un profil inquiétant qui m'a parfois donné des frissons.

     

    https://www.journaldujapon.com/wp-content/uploads/2017/06/Perfect-Blue-18.jpg

     

    Le film dans sa globalité est difficile à suivre : il y a beaucoup de moments où on ne comprend plus tout, où on arrive plus à saisir toutes les informations. Satoshi Kon, le réalisateur, a un don pour déstabiliser le spectateur. Il utilise des boucles temporelles un peu perturbantes, et a très bien su aborder la schizophrénie. Tellement bien que je n'ai plus su faire la différence entre ce qui était réel et ce qui ne l'était pas. Une expérience vraiment troublante !! On se demande si certaines scènes arrivent vraiment, et ça, c'est un sentiment étrange. On finit par avoir la réponse à tout ce délire en fin de film, mais faut-il être vraiment concentré pour ne serait-ce que comprendre en profondeur cette réponse. Personnellement, il m'a fallu passer sur Internet pour voir quelle était la véritable finalité ( même si aujourd'hui encore, certains détails m'échappent ). Perfect Blue donne vraiment matière à réfléchir, et il faut clairement faire fonctionner ses neurones !

    Le début du film pose les bases, et la suite devient plus rythmée et bien plus sensationnelle. J'ai eu l'impression d'être comme emportée, chaque élément était magnifiquement orchestré. La bande-son n'est pas mauvaise ! Quelques pistes sont vraiment bien adaptées à l’œuvre, et j'aime bien la chanson "Angel of Love" du groupe Cham.

     

     

    J'ai regardé la bande-annonce, et ça m'a décidé à me lancer dans le visionnage. La BA est bien réalisée, et m'a même impressionnée. Je vous la pose ici, qui sait, peut-être que ça vous donnera envie de vous lancer, vous aussi !

    Perfect Blue est classé dans les meilleurs thrillers, j'ai été un peu étonnée au premier abord, mais finalement je dirais que c'est plutôt justifié. Ce film m'a fait mal à la tête, parce qu'il m'a assez secouée. J'essayais de m'y retrouver parmi les scènes, mais mon cerveau s'est fait malmener comme jamais. J'ai envisagé beaucoup de solutions. Et au final, la véritable solution m'a déconcertée.

     

    Résultat de recherche d'images pour "perfect blue affiche"

     

    En conclusion, c'était une expérience enrichissante, j'en suis ressortie infiniment perturbée parce que c'était complexe, mais je ne regrette pas une seule seconde d'avoir regardé Perfect Blue. C'est très certainement un bijou dans le monde de l'animation japonaise !


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires