• 8mm, un thriller captivant

    Résultat de recherche d'images pour "8mm nicolas cage"

     

    Je suis tombée sur ce film, sur Netflix, il y a quelques temps. Je partais pas vraiment avec la conviction que ça allait me plaire, j'avais simplement lu le résumé et j'ai pensé que le sujet était intéressant. Après, le potentiel serait-il correctement exploité, cela restait encore à voir.

    De quoi ça parle ? ""Privé" à Harrisburg, Pennsylvanie, Tom Welles mène une vie banale avec sa femme Amy et leur petite fille. Entre deux filatures pour adultère, il rêve de l'affaire exceptionnelle qui fera de lui un grand parmi les grands. Lorsqu'une richissime veuve lui demande d'enquêter sur le film 8 mm qu'elle a découvert dans le coffre de son défunt mari, Tom bascule dans un univers dont il ne soupçonnait pas l'existence. Les sévices et le meurtre de la jeune inconnue filmés sur la bobine sont-ils seulement une perverse mise en scène ou bien une terrifiante réalité ?"

     

    Image associée

     

    Il est sorti en 1999, et a connu un succès commercial modéré. Je ne dirais donc pas que ça a été un gros "hit" à la sortie, mais je ne pense pas que l'on puisse dire que les scores ont été mauvais. Ça a tout de même intéressé du public à l'époque. Notons que Andrew Kevin Walker, à qui on doit le scénar' de "Seven" quand même, a été scénariste du film. A partir de là, on peut se dire que c'est pas possible que ce soit nul, "Seven" étant une référence dans le monde des thrillers, et un film réellement excellent ( je l'ai regardé, je devais avoir 10-11 ans, grosse claque ).

    Donc, je vais poser les bases directement, il s'agit d'un film qui est interdit aux moins de 16 ans ( Lola la délinquante, bientôt 15 ans donc elle se sent plus toucher terre vous comprenez xD ), on arrive donc dans une catégorie que tout le monde ne vas pas forcément apprécier. Selon le CSA ( eh oui, je suis passée faire un tour sur le site du conseil supérieur de l'audiovisuel, juste histoire d'avoir un peu de repères en terme de classifications / signalétiques ), ce qui est classé -16 est susceptible de contenir des scènes de violence particulièrement impressionnantes. Sachant que je ne prends pas peur pour tout et n'importe quoi et que j'ai toujours aimé les films un peu violents ( je ne suis pas une psychopathe pour autant lol ), je me suis tout de même lancée. Je n'ai pas trouvé que "8mm" était hard au visionnage, seulement je comprends, après avoir vu le film, pourquoi un tel classement. En effet, la thématique abordée est plutôt sombre et rare. On découvre un peu l'univers très malsain des snuff movies. Un snuff movie, à la base, étant un film qui démontre des scènes de torture, meurtre, suicide, viol, bref, je crois que vous voyez le schéma. Ce n'est pas tout droit sorti de l'imagination du réalisateur, ça existe bel et bien, même si ces vidéos sont cachées et que le public ne peut pas les voir ( accessible seulement à de riches clients au profil psychologique plus qu'inquiétant ). C'est un peu un marché clandestin, où parfois même, ce qui s'y passe est réel. Autant vous dire que c'est affreux, mais que c'est certainement un très bon sujet pour un thriller. Je ne conseille absolument pas "8mm" à n'importe qui, c'est d'une très grande qualité au niveau de la réalisation mais c'est assez mature, à ne pas mettre entre toutes les mains au risque sinon d'en traumatiser certains je pense. Il y a une certaine retenue au niveau des scènes qui sont montrées, c'est pas non plus une énorme boucherie vous voyez, mais cette retenue à mes yeux pourrait déjà paraître trop trash pour d'autres. 

     

     

    Le but de l'enquête, c'est de savoir si sur ce film, "8mm", ce qu'on voit est réellement arrivé, ou si ce n'était que de la fiction ( les effets spéciaux de nos jours peuvent être extrêmes ). C'est donc vraiment TRÈS loin d'être dénué d'intérêt.

    Nicolas Cage est époustouflant dans son rôle, j'ai été agréablement surprise ( d'ailleurs je prévois de mater plus de films avec lui du coup ), il s'est très bien approprié le personnage de Tom Welles, et pendant deux heures de cinéma, on ne s'ennuie pas avec lui. On suit son aventure, sa traversée sur le chemin qui le mènera à la vérité. Le monde dans lequel il va plonger est d'une noirceur folle, et ce qui je pense est le plus glaçant dans tout ça, est de savoir que ce qu'on expérimente et découvre, existe. Une façon de regarder un très bon thriller tout en prenant conscience des travers de notre société, et du fait que oui, certaines personnes ont des intérêts extrêmement morbides.

    C'est choquant et prenant à la fois, je me suis sentie aspirée dans le film, littéralement. J'ai été très intéressée, chaque scène était bien réalisée, l'ambiance est perverse et immorale, jusque-là je n'avais pas vu avec un thème aussi "dangereux". Moi qui adore les films thrillers qui mettent la dose au niveau visuel et psychologique sans plonger dans de l'extrême ( ultra-gore, ce genre de trucs ), j'ai été servie comme il faut.

     

    Image associée

     

    Notons la présence dans le film de Peter Stormare, qui incarne le personnage de Dino Velvet ici à droite sur la photo. Jouant aussi dans Prison Break, je n'ai pu que le reconnaître.

     

     Je ne regrette absolument pas d'avoir essayé, j'en suis ressortie impressionnée mais également très heureuse, car je trouve que c'est pas le truc le plus facile de trouver un thriller aussi bien que ceux que j'ai déjà pu voir. "8mm" remonte encore le level, et ma quête aux bons thrillers va s'avérer encore plus ardue. A force de voir de la qualité comme celle-ci, on en devient exigeant. :)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :