• Je suis vraiment très contente du comeback japonais des SHINee, "Get The Treasure". Cela permet de relever le niveau, car je n'avais pas trop accroché à "Tell Me What To Do". Je sais que ce groupe est capable de faire de très bonnes choses, il l'a déjà prouvé. Cela peut aller même parfois à un résultat excellent. Cette fois encore, on peut dire que c'est une surprise incroyable.

    Je trouve toujours que musicalement la langue coréenne rend mieux que la langue japonaise, mais dans ce titre cela ne fait presque aucune différence. C'est tellement bien réalisé, la musique est extraordinaire. Les notes sont extrêmement plaisantes.

    Visuellement, c'est également un sans faute. J'aime beaucoup ce clip, où tout autour d'eux est figé dans le temps, où tout ne bouge plus sauf eux, j'adore vraiment cette atmosphère. Certains effets visuels sont réellement bien faits, et les membres de SHINee n'y sont pas pour rien. Je pense qu'il est inutile de préciser qu'ils ont un style et une classe indéniable, particulièrement Jonghyun et Key. On voit qu'un grand travail a été fait sur cette vidéo, c'est très beau et rien n'est laissé au hasard.

     Je ne doutais pas du tout de leur talent car je sais de quoi ils sont capables, mais là j'ai sincèrement l'impression que ça dépasse ce que j'espérais. Tout simplement inimaginable et renversant.


    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Tout est dans le titre. Je vous avais parlé de ce groupe il n'y a pas longtemps. Et hier est tombée une nouvelle à laquelle on s'attendait tous plus ou moins. La fin des Wonder Girls. Cela fait 10 ans que ce groupe de kpop existe, et même si je dois avouer que je ne suis pas particulièrement fan de ses toutes premières chansons, dernièrement vous savez que son style me plaisait énormément. Qu'avec "Reboot" qui était une pure tuerie pour de la kpop, et "Why So Lonely" qui avait un univers tout particulier, j'ai été fortement impressionnée. J'aurais sincèrement aimé que ces filles continuent encore longtemps, qu'elles produisent encore et toujours de la bonne musique. Elles ont un potentiel incroyable.

    Avec cette séparation, je sens doucement et sûrement que le monde de la kpop est entrain d'évoluer. Peut-être dans le mauvais sens. Il nous reste encore de bons artistes bien entendu, mais pas suffisamment à mon goût. Je me demande si l'on est pas entrain de changer d'ère et d'époque, de génération musicalement parlant. Il y a des groupes auxquels je ne peux pas porter d'attention actuellement, je n'y arrive pas. Bigbang, Winner, Ikon... cela ne m'intéresse guère en fait. Voire pas du tout.

    Les Wonder Girls faisaient partie de ces groupes et de ces artistes qui arrivent à te faire ressentir milles émotions en même temps, qui arrivent à te chambouler. Et cela malgré le côté très commercial de la pop coréenne.

    C'est là que tu vois à quel point ce monde est divisé en deux parties : ceux qui se donnent à fond, qui produisent de la vraie qualité, et puis ceux qui font des choses plates et qui donnent une impression de déjà-vu. Je suis loin d'être fan de tous les artistes de kpop. Cela m'énerve de voir qu'il y a beaucoup plus de fans chez certains que d'autres ( et la majorité se retrouve bien souvent dans le camp des artistes que j'appelle "inintéressants musicalement" ). Que dire à propos des fangirls qui n'admirent que le physique des idoles, et qui s'en fichent presque de la musique ? C'est là qu'on arrive à produire le minimum pour faire de l'argent à côté avec tous les goodies et compagnie. Les WG avaient un visuel clairement excellent, je les ai toujours trouvé absolument magnifiques, j'en rêvais presque de ces filles. Yenny et Yubin ont été mes deux préférées, étant les plus talentueuses, mais aussi les plus bombasses. Et la musique n'a pas été bâclée, loin de là.

    Tout ça pour dire que oui, je suis triste que les WG, ce soit terminé. Un dernier single sortira apparemment, pour une sorte "d'au revoir" aux fans. En fin de compte, je me rend compte que, peu importe à quel point on peut apprécier un groupe, il finit toujours par se séparer, il y a toujours une fin. C'est un cycle infini, qui engendre parfois des larmes. Et pourtant même en sachant cela, nous persistons à adorer tous ces artistes.


    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    C'était quelque chose d'assez inespéré pour moi. Je ne m'attendais absolument pas à ce que cela arrive. Je me suis dit qu'avoir raté en 2014 le concert des Berikyuu ainsi que les rencontres à Japan Expo avait été une erreur de ma part. D'accord, à cette époque, je connaissais encore très mal ces deux groupes, mais je me suis rendue compte plus tard qu'ils me plaisaient vraiment. Quand la séparation des C-ute a été annoncé pour cette année 2017, j'étais persuadée au fond de moi qu'en 2014, j'avais totalement gâché mes chances de pouvoir voir au moins une fois ce groupe. Mais les choses se réalisent quand on s'y attend le moins. Même si je ne pourrais jamais voir les Berryz Kobo, je me dis qu'on m'a offert une ultime chance de fou de pouvoir voir les C-ute.

    En effet, elles vont revenir en France en Avril, pour un concert à la Cigale. En apprenant cela, j'ai eu un choc, j'ai sauté un peu partout dans ma maison. Après quelques négociations, j'ai pu avoir l'autorisation de participer à ce concert. Les places seront mises en vente dès demain. Je dois dire que j'appréhende un peu, de ne pas en avoir du tout par exemple. Je pense que cela a peu de chances d'arriver, car je me suis organisée pour que tout se passe au mieux. Même si rien n'est joué pour aujourd'hui, car je n'ai pas acheté encore mes billets, demain sera un jour décisif.

    C'est bizarre des fois comme certaines occasions merveilleuses se présentent. J'avais été totalement dégoûtée à l'idée de savoir que je ne pourrais pas voir ces 5 filles exceptionnelles. Cependant, la déception s'est effacée petit à petit avec le temps, et actuellement, je commence à même être contente.

    Nous avons eu quelques infos sur le concert, pas beaucoup, mais le minimum on va dire. Cela se déroule le dimanche 16 Avril 2017 à la Cigale à Paris, nous avons aussi l'heure d'ouverture ( 17h) et le début ( 18h ). Les prix ont également été annoncés. Touts les éléments sont réunis pour que ce moment soit génial. Déjà parce que, même si je n'ai jamais été à la Cigale, de ce que j'en ai vu, la salle a l'air plutôt petite et bien sympa. Ce genre d'ambiance, ce n'est pas forcément déplaisant, cela veut dire qu'on verra les C-ute d'assez près ! La date me convient, et les horaires aussi. Et les prix sont raisonnables, enfin ça dépend de ce que vous prenez. Il n'y a pas beaucoup de choix, contrairement à d'autres salles ou d'autres représentations. Deux solutions : place normale ou place premium. Pour ce qui est places normales, elles sont à 43 euros. Je ne trouve pas cela vraiment excessif, à Japan Expo avec les Berryz il est vrai qu'il y avait eu des places beaucoup moins chères, mais c'est parce qu'elles étaient assez éloignées de la scène et je pense que cette fois, peu importe la place qu'on a, on est beaucoup plus proche. Et concernant les places premium, ce n'est pas la même chose : 122 euros. Je trouve ce prix assez élevé, mais cela n'a rien d'étonnant. Si on veut être privilégié dans ce genre d'évènements il faut toujours payer le prix fort. Cette place comprend une entrée prioritaire au live ( ce qui ne m'intéresse pas plus que ça ), une photo dédicacée et un fan meeting qui a lieu le lendemain. Bon je dois avouer que la photo et le fan meeting c'est intéressant, mais tout le monde ne peut pas se le permettre, et ce sont des places limitées. Et puis, assister déjà au concert est extraordinaire pour moi. De plus, peut-être y aura t-il une séance de dédicace ou une rencontre même pour ceux qui ont des billets normaux ! Ce n'est pas impossible selon moi. Mais je ne fais pas de conclusion, je n'en sais pour le moment rien.

    Je vais tenter d'y aller, et d'ici-là on aura sûrement plus d'informations sur comment ça va se passer. :)


    12 commentaires
  • Aujourd'hui, pour ceux qui ne connaissent pas, je vous propose de découvrir un artiste qui pourrait certainement plaire à beaucoup de gens. Sa musique est moderne et parfois même intéressante, dans le sens où il y a des chansons que j'apprécie beaucoup venant de 11:11. Je dois avouer ne pas TOUT apprécier, il y a des styles qui me plaisent beaucoup moins, mais néanmoins j'ai pu voir de très bons titres. Que je vous propose d'écouter dès maintenant.

    J'ai découvert 11:11 grâce aux recommandations de YouTube, et je n'en suis pas forcément déçue. J'aime beaucoup "You", qui a une ambiance parfois assez plaisante, et la chanson en elle-même est vraiment pas mal.

    "I'm Good" est un titre peut-être un peu plus agressif. J'adore les performances vocales, et on ressent extrêmement bien le style noir américain. Je dois bien avouer que l'air est très intriguant, et la chanson est au final exécutée avec beaucoup de talent.


    Dans ce titre, je trouve que l’atmosphère est bien différente de ce que j'avais pu voir avant. Et ça reste tout de même super cool, c'est peut-être même meilleur.

    Et pour finir, j'aime particulièrement cette chanson. Elle a quelque chose de vraiment spécial, l'instrumental est réellement captivant, ainsi que le chant, très bien réalisé. J'aime beaucoup la partie "You don't gotta worry (about a thing, yeah)", assez magique.

    En conclusion, 11:11 ne se contente pas vraiment de juste faire du R&B vu et revu, il nous offre une vision du genre bien inédite. Même si aujourd'hui, 11:11 manque de popularité ( je tiens tout de même à préciser qu'un certain public a commencé à se former, ce n'est pas totalement inconnu non plus, merci YouTube ), je suis persuadée qu'avec le temps nous entendrons davantage parler de cet artiste. Il a énormément de potentiel, il est certain que beaucoup se laisseront charmer. ♥


    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Bonjour, aujourd'hui je reviens avec un article qui me tient particulièrement à cœur. Je dois vous avouer que je ne suis pas vraiment une grande lectrice, j'ai pu lire des livres évidemment, mais comme je suis quelqu'un de difficile, qui a des goûts assez ciblés, de ce fait je ne lirais pas n'importe quoi, et il faut que ça me plaise beaucoup pour que j'aille jusqu'au bout. Et quand j'apprécie un livre, je prend énormément de plaisir à lire. Hier, j'ai eu l'occasion de pouvoir emprunter "Stupeur et tremblements", d'Amélie Nothomb. C'est une auteure que je connaissais déjà auparavant, quelqu'un m'en avait parlé il y a longtemps, comme quoi ses écrits seraient susceptibles de me plaire. C'est alors que donc hier j'ai vu ce livre, et je me suis tout naturellement dirigée vers celui-ci. Il fallait que je découvre si c'était vraiment bien. Autant vous dire que je ne suis pas déçue, mais alors pas du tout.

    Il s'agit clairement d'un de mes plus grands coups de cœur pour un livre, je ne sais pas vraiment si je peux qualifier ça du meilleur livre que j'ai lu, mais il y a de grandes chances.

    Je vous met le résumé ici, pour que vous sachiez concrètement de quoi ça parle :

    "Amélie, originaire de Belgique qui a vécu sa petite enfance au Japon, a toujours admiré le raffinement et l’art de vivre du pays. À l’âge adulte, elle y retourne pour un contrat d’interprète au sein de la prestigieuse compagnie Yumimoto, afin d’y travailler et d’y vivre comme une Japonaise en tant qu'employée.

    La jeune femme se heurte à un système rigide auquel elle a du mal à s’adapter et enchaîne gaffe sur gaffe. Sous les ordres de la belle mademoiselle Fubuki Mori, elle-même sous les ordres de Monsieur Saito qui lui est sous les ordres de monsieur Omochi aux ordres de monsieur Haneda, la jeune « Amélie-san » est aux ordres de tout le monde.

    C’est l’histoire d’une déchéance cruelle et injuste : elle descend les échelons de la hiérarchie de la société jusqu’au poste de « dame pipi ». Elle refuse néanmoins de démissionner pour garder son honneur (notion fondamentale de la culture japonaise)."

    Ce roman parle donc du Japon, et vous le savez bien, c'est un sujet qui m'intéresse beaucoup, et je suis preneuse de tout ce qui peut me documenter, m'informer et aussi me montrer les différentes facettes du pays. Je suis contre le fait de fermer les yeux et d'idéaliser cette terre, cet endroit que j'adore et qui pourtant recèle de défauts et de côtés bien sombres. Avant, j'étais du genre à ne voir que ce qui était positif, tout ce qui faisait plus ou moins rêver, en bref, toute la superficialité de la chose. Désormais, je cherche à apprendre plus, à ne pas me voiler la face et à regarder la réalité. Car quoi qu'on en dise, je n'ai peut-être que 13 ans, mais je suis loin de penser que le Japon est un paradis. Si je poursuis mes études dans le but d'aller là-bas, je serais pleinement consciente de ce que je fais, et ce sera un choix réfléchi.

    Ce livre est sincèrement très intéressant. Le risque, c'est de généraliser les faits qui y sont énoncés, de penser que tout ce qui s'est passé dans cette entreprise se passe forcément dans toutes les autres entreprises japonaises. Évidemment, la réponse est non, mais le moins que l'on puisse dire, c'est que ce roman pourrait ouvrir les yeux de plus d'une personne. Je le conseille, mais pas à n'importe qui. Les adultes seront sûrement les plus concernés par cet écrit, étant donné que je qualifie ça comme quelque chose d'assez mature. Certains propos sont à ne pas montrer aux plus jeunes qui seraient passionnés du Japon, je pars du principe que quand on est encore bien jeune, en général, comme moi avant, on n'a pas forcément besoin de voir tous les réels mauvais côtés de notre passion. Ce qui est dit là-dedans peut clairement remettre en question le fait qu'on aime ce pays. Pour ma part, je continue de l'adorer, mais j'ai bien pris conscience de certaines vérités douloureuses sur la mentalité des Japonais, le monde des Bisounours c'est définitivement terminé. A côté de ça, il faut savoir, et avoir la capacité, d'apprécier la manière de penser d'Amélie Nothomb. J'ai tout de suite remarqué que c'était quelqu'un de spécial, limite étrange. Attention, je ne dis absolument pas qu'il s'agit d'un mauvais point, au contraire, son étrangeté, et certains de ses délires apportent quelque chose de véritablement rare. Elle ne se contente pas de rester un tant soit peu correcte, elle dit vraiment ce qu'elle pense, quitte à parfois partir un peu plus loin que prévu, ce qui est extrêmement plaisant. Je dois dire que j'ai été surprise par sa personnalité, cela m'a fait sourire. Ses mots sont bien choisis, et certains passages sont frappants. C'est tellement vrai et bien tourné. Et parfois en même temps si cruel. Pour vous, j'en ai sélectionné quelques-uns, que je vous montre ici :

     " - Vous êtes ma supérieure, oui. Je n'ai aucun droit, je sais. Mais je voulais que vous sachiez combien je suis déçue. Je vous tenais en si haute estime.

    Elle eut un rire élégant :

    - Moi, je ne suis pas déçue. Je n'avais pas d'estime pour vous."

     " - Moi, quand j'étais petite, je voulais devenir Dieu. Le Dieu des chrétiens, avec un grand D. Vers l'âge de cinq ans, j'ai compris que mon ambition était irréalisable. Alors, j'ai mis un peu d'eau dans mon vin et j'ai décidé de devenir le Christ. J'imaginais ma mort sur la croix devant l'humanité entière. A l'âge de sept ans, j'ai pris conscience que cela ne m'arriverait pas. J'ai résolu, plus modestement, de devenir martyre. Je me suis tenue à ce choix pendant de nombreuses années. Ça n'a pas marché non plus.

    - Et ensuite ?

    - Vous le savez : je suis devenue comptable chez Yumimoto. Et je crois que je ne pouvais pas descendre plus bas.

    - Vous croyez ? demanda-t-elle avec un drôle de sourire."

    " Non que la Nippone soit une victime, loin de là. Parmi les femmes de la planète, elle n'est vraiment pas la plus mal lotie. Son pouvoir est considérable : je suis bien placée pour le savoir.

    Non : s'il faut admirer la Japonaise - et il le faut -, c'est parce qu'elle ne se suicide pas. [...] Car, en fin de compte, ce qui est assené à la Nippone à travers ces dogmes incongrus, c'est qu'il ne faut rien espérer de beau. N'espère pas jouir, car ton plaisir t'anéantirait. N'espère pas être amoureuse, car tu n'en vaux pas la peine : ceux qui t'aimeraient t'aimeraient pour tes mirages, jamais pour ta vérité. N'espère pas que la vie t'apporte quoi que ce soit, car chaque année qui passera t'enlèvera quelque chose. N'espère pas même une chose aussi simple que le calme, car tu n'as aucune raison d'être tranquille."

     Je vais m'arrêter là, même s'il y a sûrement encore beaucoup de passages que j'ai aimé. Vous pouvez vous apercevoir que ce n'est donc pas forcément tout rose, ce qui est traité dans ce livre ! Vous aurez affaire à de nombreux aspects négatifs, et je suis jeune, mais si je lis ce livre c'est parce que je suis capable de pleinement le comprendre. Un adolescent mature peut tout à fait l'apprécier, mais les enfants et les esprits encore un peu innocents sont totalement exclus. Ici nous est raconté une histoire vraie pas toujours très jolie.

    En conclusion, "Stupeur et tremblements" vous offrira une certaine prise de conscience et un témoignage terriblement réaliste. Autant dire que l'auteure gardera ce séjour dans cette entreprise gravé dans sa mémoire pour toujours, c'est incontestablement une expérience désagréable et difficile. Et ce livre est parfaitement bien écrit, si vous ne l'avez pas encore lu, n'hésitez pas, ce serait passer à côté de quelque chose de réellement étonnant.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires